AccueilEmplois & formationsOffre de thèse en microbiologie/chimie, Développement d’agents antimicrobiens “non traditionnels”cicatrisants,CNRS, Toulouse

Offre de thèse en microbiologie/chimie, Développement d’agents antimicrobiens “non traditionnels”cicatrisants,CNRS, Toulouse

Détails de l'offre

  • Type de poste: PhD/Doctorat
  • Secteur : Public
  • Localité : France 
  • Limite de candidature : 31/05/2021
  • Profil de poste:
    Recherche et innovation
  • Domaine(s) :
    Autre

Description

Informations générales

Référence : UPR8241-ISAMAL-002
Lieu de travail : TOULOUSE
Date de publication : lundi 10 mai 2021
Nom du responsable scientifique : Isabelle Malfant
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 4 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Les infections cutanées des plaies sont un problème mondial. Des millions de personnes souffrent de plaies infectées et le coût du traitement se chiffre en millions d’euros par an. L’augmentation des coûts des soins de santé, ainsi que la difficulté de gestion, font du traitement des plaies un problème clinique, social et économique important. Dans ce contexte, le programme doctoral propose de développer des complexes de ruthénium à ligand nitrosyle (Ru-NO) à libération photocontrôlée d’oxyde nitrique (NO) avec un rendement quantique local et ciblé efficace de la production de NO en tant qu’agents antimicrobiens “non traditionnels” et cicatrisants. [2] Dans des travaux antérieurs, nous avons déjà montré que les systèmes Ru-NO sont des photodonneurs de NO efficaces [3a-c] et que la libération contrôlée de NO est responsable de l’activité antibactérienne [3d].
L’objectif principal de ce projet est de combler le vide actuel entre les infections existantes impliquant des bactéries résistantes [4] et le besoin important de solutions alternatives ciblées (locales et rapidement efficaces) dans les infections cutanées et le contrôle des plaies. Ce type de stratégie trouve une grande variété d’applications médicales, notamment en chirurgie et, dans une plus large mesure, pour le traitement des infections cutanées sévères.

Résultats attendus :

  • Synthèse et caractérisation de complexes Ru-NO. Etude de leurs propriétés photophysiques
  • Sélection de complexes Ru-NO les plus efficaces combinant une activité bactéricide optimale tout en affichant une faible cytotoxicité
  • Évaluation d’autres activités antimicrobiennes potentielles (anti-adhésion, anti-biofilm, …) des complexes Ru-NO.
  • Vérification de la préservation de l’activité antibactérienne des formulations proposées.

Références :
[1] Sen, C.K. Human Adv. Wound Care 2019, 8, 39–48
[2] Rex J.H. et al. Nature Communications 2019 10:3416
[3] a) Labra-Vázquez, P. et al., Dalton Trans. 2020, 49, 3138-3154 ; b) Enriquez-Cabrera, A. et al., Eur. J. Inorg. Chem. 2018, 531-543; c) Enriquez-Cabrera, A. et al., Eur. J. Inorg. Chem. 2017, 1446-1456, d) Akl, J. et al., Photochem. Photobiol. Sci. 2016, 15, 1484-1491, d) Bocé, M. et al., Sci. Reports 2019, 9, 4867
[4] a) Iskandar K. et al. Antimicrob Resist Infect Control 2021 10, 63 , b) Eggers M. el al. Euro Surveill. 2021 26, 3 , c) Iskandar K. et al. Antibiotics 2020, 9, 372, d) Clavier B. et al. J Mater Chem B. 2020 8, 100, e) Feuillolay C. et al. J Appl Microbiol. 2018 125, 45.

Contexte de travail

Ce contrat doctoral de 3 ans est entièrement financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR- CE18 Biomedical innovation) dans le cadre du projet collaboratif NOBacLight entre le Laboratoire de Chimie de Coordination (LCC, CNRS-UPR-8241, www.lcc-toulouse.fr), le Laboratoire de Génie Chimique (LGC, Faculté de Pharmacie) et le laboratoire des Interactions Moléculaires et Réactivité Chimique et Photochimique (IMRCP) de l’Université Paul Sabatier de Toulouse (UT3). Le(a) candidat(e) sera co-dirigé(e) par les Professeurs Isabelle Malfant (LCC) et Christine Roques (LGC). Il(elle) bénéficiera d’infrastructures remarquables tant au niveau physicochimique que microbiologique.

En effet, le LCC est un des meilleurs instituts de chimie en France et est reconnu internationalement. Il met à disposition des plateformes analytiques de haute technicité pour l’accompagnement quotidien des travaux scientifiques. Fort de près de 85 chercheurs/enseignants-chercheurs et plus de 120 doctorants/post-doctorants de différentes nationalités répartis en 14 équipes, la recherche au LCC place la chimie de coordination comme outil central pour s’attaquer aux enjeux actuels liés notamment au domaine de la santé. Le Laboratoire de Génie Chimique (UMR 5503 CNRS-INP-UPS) est spécialisé dans le domaine du Génie des Procédés.

Le LGC compte plus de 300 collaborateurs répartis dans 6 départements de recherche et 4 axes transversaux qui s’attachent à répondre à 5 enjeux sociétaux : les eaux et effluents, l’énergie, la bioraffinerie, les procédés d’élaboration des matériaux et l’ingénierie de la santé. Le département BioSyM (Bioprocédés et Systèmes Microbiens) met en œuvre des systèmes microbiens (consortiums ou cultures pures de bactéries, levures, moisissures, cellules végétales et/ou animales) dans les procédés de l’agro-alimentaire, de l’environnement, de la santé, des bioraffineries et de la production d’énergie, avec une approche allant de la cellule au process.

La structure présente sur la Faculté de Pharmacie correspond au thème « Ingénierie des biofilms » et qu’intégrera le doctorant correspond à un laboratoire de niveau L2, combiné à un plateau de biologie moléculaire et une plate-forme de culture cellulaire.

Pour postuler

Candidater sur le site CNRS emploi.