HomeJobs & trainingSujet de thèse : Nouvelles stratégies de lutte contre les pathogènes opportunistes de l’Homme, Pseudomonas aeruginosa et Staphylococcus aureus, Evreux, 27

Sujet de thèse : Nouvelles stratégies de lutte contre les pathogènes opportunistes de l’Homme, Pseudomonas aeruginosa et Staphylococcus aureus, Evreux, 27

Offer details

  • Type de poste: PhD/Doctorat
  • Secteur : Public
  • Localité : France 
  • Limite de candidature : 31/05/2021
  • Profil de poste:
    Recherche et innovation
  • Domaine(s) :
    Autre

Description

Offre publiée le 20/05/2021 sur Indeed.com.
Contrat doctoral
Laboratoire de Microbiologie Signaux et Microenvironnement
Lieu de travail : Evreux – Normandie – France
Intitulé du sujet : Nouvelles stratégies de lutte contre les pathogènes opportunistes de l’Homme, Pseudomonas aeruginosa et Staphylococcus aureus
Champs scientifiques : Biologie, Biochimie
Mots clés : biofilm, virulence, stratégies anti-infectieuses, Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus

Description du sujet

La résistance bactérienne aux antibiotiques est un des plus grands problèmes auquel doit faire face la médecine du 21ième siècle. Les pathogènes opportunistes de l’Homme Pseudomonas aeruginosa (PA) et Staphylococcus aureus (SA), classés par l’Organisation Mondiale de la Santé parmi les bactéries les plus critiques en termes de résistance aux antibiotiques, sont responsables seuls ou ensemble, d’infections sévères d’ordre respiratoire, urinaire et cutanée.
Ces infections, de type aigue et chronique, sont associées à des mode de vie planctonique et biofilm, respectivement. Diverses stratégies sont explorées par la communauté scientifique pour lutter contre la résistance aux antibiotiques, ou pour cibler des mécanismes spécifiques impliqués dans la virulence, la formation de biofilm et la tolérance aux antibiotiques. Parmi toutes les stratégies, une stratégie prometteuse consiste dans le développement de composés agissant comme adjuvants aux antibiotiques existants pour traiter ou promouvoir le traitement des infections aiguës et chroniques.
Nous proposons ici l’identification et la caractérisation de nouvelles molécules pouvant agir comme adjuvants ou cocktails d’adjuvants possédant des activités anti-virulence et/ou anti-biofilm pour lutter contre PA et SA, seuls ou ensemble, qui pourraient fournir la première thérapie pour lutter à la fois contre les formes planctonique et sessile de ces bactéries. Nous avons identifié des molécules et fractions végétales d’espèces médicinales et fongiques ayant des activités anti-PA ou anti-SA. De nouveaux extraits végétaux et fongiques seront criblés, dérépliqués, et les composés actifs purifiés et caractérisés.
Ces molécules seules ou en cocktail seront sélectionnées pour leurs propriétés anti-virulence, anti-biofilm, bactéricides, et leur synergie avec les antibiotiques. Leur mode d’action et cible seront identifiés, et les candidats modifiés chimiquement pour optimiser leur efficacité et réduire leur toxicité. Enfin des validations in vitro (souches cliniques) et ex vivo (organ on chip) confirmeront leur efficacité et des études in vivo pourront être envisagées avec la ou les molécule(s) prometteuse(s) (Institut Pasteur de Lille).

Prise de fonction : 04/10/2021

Nature du financement : Contrat doctoral

Précisions sur le financement : Concours école doctorale EDnBISE

Présentation établissement et labo d’accueil 

Laboratoire de Microbiologie Signaux et Microenvironnement
Le LMSM est une mono-équipe dont la thématique générale est définie comme étant l’étude du rôle de la communication et des facteurs environnementaux ou eucaryotes dans l’adaptation et la virulence bactériennes. Issu de la fusion du LMSM (URN) et de l’U2RM (Unité de recherche sur les risques microbiens, EA4655, UCN), le LM-CBSA (laboratoire de microbiologie-communication bactérienne et stratégies anti infectieuses) sera structuré en 2022 en une mono-équipe dont la thématique générale visera à étudier le Rôle de la communication et des signaux environnementaux dans l’adaptation, la réponse aux stress et la virulence bactérienne, et à développer de nouvelles stratégies anti-infectieuses.
Le programme de recherche de cette thèse s’intègre dans 4 des 5 champs thématiques du laboratoire et a pour objectif d’identifier des composés affectant la virulence, la formation de biofilm et/ou la sensibilité aux antibiotiques de 2 pathogènes opportunistes majeurs de l’Homme.

Intitulé du doctorat : Doctorat de microbiologie

Pays d’obtention du doctorat : France

Etablissement délivrant le doctorat : Université de Rouen Normandie

Ecole doctorale : EDnBISE n° 497

Profil du candidat

Le/la candidat(e) devra avoir une bonne formation initiale en microbiologie (Master microbiologie), notamment en termes de réponse aux stress, virulence, microbiologie moléculaire et physiologie bactérienne. Des compétences en microscopie à confocale laser et en biologie cellulaire sont des atouts complémentaires. Le/la candidat(e) pourra être amené(e) à une mobilité de quelques semaines dans l’un des laboratoires de collaborateurs (Bruxelles, Paris, Genève).
Le/la candidat(e) devra faire preuve d’autonomie, de rigueur scientifique, de curiosité. La capacité de synthèse et l’investissement personnel seront des paramètres essentiels à ce projet.
Date limite de candidature : 31/05/2021

Pour postuler

Candidater sur le site de l’Association Bernard Gregory.