HomeJobs & trainingIngénieur en biologie moléculaire de la mécanosensibilité chez la paramécie, CNRS, Paris 5ème

Ingénieur en biologie moléculaire de la mécanosensibilité chez la paramécie, CNRS, Paris 5ème

Offer details

  • Type de poste: CDD
  • Secteur : Public
  • Localité : France 
  • Limite de candidature : 09/07/2021
  • Profil de poste:
    Recherche et innovation
  • Domaine(s) :
    Microbiologie et Immunologie, Autre

Description

Date Limite Candidature : vendredi 9 juillet 2021

INFORMATIONS GENERALES

Référence : UMR8197-NATBOI-069
Lieu de travail : PARIS 05
Date de publication : vendredi 18 juin 2021
Type de contrat : CDD Technique/Administratif
Durée du contrat : 18 mois
Date d’embauche prévue : 15 septembre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 2150 € et 2275 € bruts mensuels selon expérience
Niveau d’études souhaité : Bac+4
Expérience souhaitée : Indifférent

MISSIONS

L’ingénieur.e recruté.e participera au développement d’outils génétiques dans le cadre d’une étude des mécanismes moléculaires de la navigation spatiale chez un unicellulaire cilié, la paramécie (nage avant/arrière, vitesse, réaction d’évitement d’obstacles…).

Il s’agira principalement (1) d’identifier les gènes codant pour les canaux ioniques mécano-sensibles impliqués dans la réaction d’évitement, par une approche d’inactivation de gènes candidats par interférence ARN, et (2) de construire et de tester un transgène codant pour un indicateur calcique, protéine fluorescente sensible à la concentration intracellulaire de calcium, qui puisse être utilisé chez cet organisme.

ACTIVITES

Ces deux missions impliqueront essentiellement des techniques de biologie moléculaire classiques (extraction et manipulation d’ADN, PCR, clonages, cultures bactériennes, etc…) mais nécessiteront également d’apprendre à maîtriser quelques techniques propres à la paramécie, notamment la manipulation de cellules uniques sous la loupe binoculaire et la microinjection d’ADN sous microscope inversé.

COMPETENCES

Une bonne connaissance des techniques de biologie moléculaire classiques est requise. Une expérience préalable de microscopie, ainsi qu’une bonne dextérité manuelle, seraient un avantage.

CONTEXTE DE TRAVAIL

L’Institut de biologie de l’ENS (IBENS) est un centre de recherche fondamentale qui mène des recherches originales visant à décrypter les mécanismes fondamentaux au cœur des processus biologiques.

Unité mixte ENS-CNRS-INSERM, l’IBENS accueille plus de 300 personnes regroupées en 30 équipes autonomes conduisant une recherche hautement collaborative et multidisciplinaire qui allie approches expérimentales et théoriques.

L’activité de recherche couvre des champs thématiques variés : Neurosciences, Biologie du développement, Génomique fonctionnelle, Écologie et biologie de l’évolution.

Plusieurs plateformes technologiques, notamment en imagerie, génomique, protéomique et bio-informatique sont à la disposition des chercheurs. Les recherches menées à l’IBENS bénéficient des interactions avec d’autres disciplines présentes à l’ENS (physique, chimie, sciences cognitives, mathématiques). L’IBENS est activement impliqué dans la formation des étudiants et jeunes chercheurs à tous les niveaux.

L’équipe d’accueil « Réarrangements programmés du gnéome chez les ciliés », dirigée par Eric Meyer, comprend actuellement une MCN, une ingénieur d’études, une post-doctorante, et deux doctorants.

L’objectif de l’équipe est d’étudier les mécanismes moléculaires, la régulation, et l’évolution des réarrangements programmés du génome associé au développement du macronoyau somatique chez les espèces jumelles du complexe Paramecium aurelia.
Le/la candidat.e travaillera en étroite collaboration avec Eric Meyer, mais également en interaction avec les autres membres de l’équipe.

POUR POSTULER

Candidater sur le site CNRS emploi.